C’est à l’initiative du président de la Région Normandie, Hervé Morin, qu’a été mis en place le Festival de l’Excellence Normande. L’objectif était de faire découvrir aux grand public la diversité des savoir-faire d’excellence de la Région du 12 au 14 avril.

La Glass Vallée se tenait donc d’y être présente avec une présentation de flacons ou de produits intermédiaires de ses adhérents et suscita l’étonnement et l’émerveillement d’un public venu en nombre. Les société Val Laquage et MMB faisaient aussi partie des exposants pour expliquer leurs savoir-faire.

Somme toute : une belle opération de développement de notre notoriété auprès du grand public avec quelques rencontres B2B. Prochaine édition : le week-end fr Pâques à Rouen.

En 2016-2017, La Glas Vallée décidait, pour la première fois, d’organiser un évènement à Paris pour rencontrer les décideurs de ses clients des marques de luxe.

Cet évènement avait vocation à être reproduit pour la même cible, ce qui fut le cas , mais sous une autre forme.

Il a été en effet décidé d’avoir un stand représentatif des métiers de la filière (maquettiste, mouliste, verrier, trieur, décorateur) au sein du salon Cosmetic 360 organisé par Cosmetic Valley au Carrousel du Louvre soit en plein cœur de Paris et ce sous une bannière commune :

« Glass Packaging : the future of luxury : mettre le panneau envoyé en PdF

Après avoir touché avec la 1ère Biennale les acteurs de la Haute-Parfumerie, il s’agissait pour La Glass Vallée, de s’adresser plus spécifiquement aux décideurs du monde de la cosmétique en proposant une alternative au plastique, sujet particulièrement d’actualité.

Dans un contexte environnemental exigeant, le verre est en effet le meilleur matériau qui soit pour les produits de la haute-parfumerie et de la cosmétique. Recyclable à l’infini, reconnu pour sa neutralité, pouvant bénéficier de multiples techniques de décor, le verre bénéficie aujourd’hui de techniques de fabrication de plus en plus performantes sur le plan énergétique, y compris à partir de l’électricité, améliorant ainsi son bilan carbone.

C’est donc ce packaging d’avenir que La Glass Vallée proposait de venir découvrir pour une luxueuse mise en valeur « Made in France » des formulateurs et des marques de la cosmétique.

Le résultat, en termes de contacts fut plus qu’à la hauteur des espérances. Reste maintenant à en attendre la concrétisation en termes de commandes.

Les objectifs du WEV

La Glass Vallée avait organisé en septembre 2017 la 1ère Biennale du flaconnage de luxe à Paris à destination de ses clients et décideurs des grandes marques du luxe.

Après ce succès couronné par un prix Hermès de l’innovation, La Glass vallée a décidé d’organiser en alternance un évènement local destiné à tous pour mieux faire connaître ses métiers et leurs évolutions mais aussi pour développer, avec ses partenaires l’attractivité du territoire, des entreprises et des métiers.

La Glass Vallée a un potentiel de recrutement important mais ses métiers sont encore aujourd’hui insuffisamment connus ou restés sur des représentations aujourd’hui dépassées. Ces dernières années des investissements particulièrement importants ont été réalisés, tant dans les grandes entreprises que les PME, notamment en termes d’automatisation, de robotisation, d’optimisation énergétique ou encore d’ergonomie des postes de travail. Tout ceci demande des opérateurs et des techniciens de plus en plus qualifiés pour combler les départs en retraite et assurer la pérennité des savoir-faire et permettre à La Glass Vallée d’être toujours plus compétitive et leader de ses marchés.

Le WEV (Le Week-end verrier) était une opportunité donnée au grand public de découvrir par des expositions, des concerts, des conférences, des animations, l’histoire de notre vallée à travers le verre, mais également d’offrir la possibilité exceptionnelle aux jeunes collégiens, lycéens et demandeurs d’emploi d’entrer dans le monde du verre et découvrir des métiers porteurs d’avenir.

Ce week-end comprenait plusieurs animations dontle programme figure ici : https://wev.la-glass-vallee.com/

Focus sur les portes ouvertes et le forum emploi-formation

  1. Les Portes Ouvertes des entreprises

Une vingtaine d’entreprises membres de la Glass Vallée ont exceptionnellement ouvert leurs portes à un public bien ciblé.
Pour des raisons de confidentialité, ces visites ne pouvaient être proposées au grand public.
En effet, l’objectif était de faire découvrir ces métiers de savoir-faire et d’exception à de jeunes collégiens, lycéens pour susciter des vocations mais aussi à des personnes en recherche d’emploi avec des possibilités de reconversion sur le territoire.

Nos partenaires :
Le CLEE (Comité de Liaison Enseignement-Entreprises)
Pôle -Emploi

Les entreprises accueillantes  (cf programme en lien indiqué ci-dessus)

Depuis les années 2000, le nombre de salariés de la filière n’a pas diminué, fait rare dans l’industrie. Les métiers exercés au sein de la filière sont innombrables et sont en évolution permanente ne serait-ce que par le développement de l’automatisation, indispensable pour être compétitifs. On y rencontre tous les niveaux de qualification. Mais certains métiers, dits « en tension », font l’objet d’offres d’emplois plus régulières pour ne pas dire permanentes.

Voir http://www.la-glass-vallee.com/fr/fiches
Le Forum Emploi-Formation s’inscrivait dans la continuité de cette campagne mais aussi sur d’autres métiers et postes à pourvoir dès aujourd’hui ou prochainement qui ont été présentés par les entreprises.

Des formations débouchant sur des emplois

L’industrie, investit, elle se modernise, elle utilise des machines de plus en plus sophistiquées qui font appel à des compétences nouvelles avec des postes attractifs. Il faut donc d’ores et déjà informer les jeunes des formations qui les mèneront avec certitude vers l’emploi. C’est notamment le cas des filières professionnelles trop longtemps sous-estimées et qui aujourd’hui peuvent permettre soit de trouver un emploi au niveau Bac pro, ou bien de poursuivre vers un BTS, voire une Licence Pro ou davantage grâce aux différentes passerelles proposées par l’enseignement et ultérieurement par la formation continue. Les formations aux métiers artistiques du verre étaient

L’exposition-vente des artistes du 18 au 25 octobre (Axe 2-3)

Le verre dans La Glass Vallée a aussi ses artistes. Ils ont été 11 à exposer du 18 au 25 octobre, à l’espace Prévert – Médiathèque de Mers-les-Bains.

Une exposition-vente qui ne pouvait que renforcer l’identité verrière du territoire.

Les animations pour tous

Le Musée Traditions Verrières de EU (76260) a ouvert ses portes le samedi 20 et le dimanche 21 octobre de 10h à 12h et de 14h à 18h avec l’après-midi des démonstrations de Luigi Boscolo, souffleur de verre.

Luigi Boscolo, originaire d’Italie, a appris le métier de souffleur de verre au milieu des artistes très réputés de l’île de Murano. Il a effectué toute sa carrière dans la Vallée de la Bresle. C’est toute une passion qu’il exprime dans ses démonstrations que ce soit la réalisation de petits animaux en verre ou le soufflage d’un vase, d’une coupe ou d’un panier de dragées.

Sans oublier les conférences et les concerts

Partenariats :

C’est le 14 juin 2018 que La Glass Vallée a eu l’honneur de recevoir le Prix Hermès de l’Innovation 2018 dans la catégorie « Innovation et excellence dans les métiers » pour La Glass Vallée, le Pôle mondial du flaconnage de luxe de la vallée de la Bresle.

Ce prix lui a été remis dans le cadre de la rencontre nationale des directeurs de l’Innovation organisée par le Club de Paris des Directeurs de l’innovation de Paris, présidé par Marc Giget et honore les entreprises et les organisations ayant intégré le meilleur état des connaissances dans les produits et les services améliorant la vie des individus et de la société.

Le 21 novembre 2017, lors d’une réunion interrégionale consacrée à la formation dans la filière, les élus de Normandie dont Sophie Gaugain (1ère vice-présidente) et David Margueritte (2ème vice-président) ainsi que Patricia Poupart, conseillère régionale des Hauts-de-France ont indiqué leur soutien à la mise en place de formations initiales à condition de s’assurer d’un nombre suffisant de participant et donc de la nécessité de travailler sur l’attractivité des métiers. La Glass Vallée a immédiatement décidé de mettre en place des outils pour répondre à cette demande.

La décision a été ainsi prise de sélectionner, avec les entreprises, 10 métiers en tension et de réaliser des fiches de présentation de ces métiers accompagnées de témoignages vidéos.

Ces outils ont été réalisés en 2 mois avec la contribution d’un cabinet RH, la participation active et financière des entreprises et le soutien financier de pôle emploi. On en retrouvera le contenu et les liens vers les vidéos dans la rubrique

Le contexte

Depuis plusieurs années, l’activité des entreprises de La Glass Vallée est affectée par la stagnation des volumes de ventes de parfums au niveau mondial. Cette situation a renforcé l’agressivité de la concurrence étrangère et la pression des acheteurs. Il devenait donc vital pour les entreprises de La Glass Vallée et les emplois de la filière d’envoyer un signal fort aux véritables décideurs leurs clients.

La Première Biennale du flaconnage de luxe répondait à cet objectif en créant un rendez-vous professionnel entre les entreprises de La Glass Vallée et les responsables des marques clients et en permettant de réaffirmer le leadership mondial de La Glass Vallée.

Ce rendez-vous qui constituait une évolution stratégique majeure de la filière, a eu comme principaux objectifs :

– de faire le point sur l’état de l’art en matière de flaconnage de luxe,

– de mettre en avant les dernières innovations de la filière,

– de recueillir les attentes des clients dans ce domaine,

– de conforter les relations de La Glass Vallée avec ses clients et de développer
  une relation fournisseur-client tournée vers l’avenir,

– de rappeler les atouts de La Glass Vallée (bilan carbone, RSE),

– de donner à La Glass Vallée une image moderne, dynamique, novatrice,

– de montrer la vocation d’excellence industrielle des Régions Normandie et
  Hauts de France.

Cibles : les véritables décideurs des marques clientes des entreprises de La Glass Vallée, la presse spécialisée et la presse économique. Les invitations des clients ont été réalisées par cooptation des entreprises de La Glass Vallée financièrement participantes à la réalisation de la Biennale.

Messages :

– Objectifs : reprendre des parts de marchés à nos concurrents

– Messages principaux :

– Quels sont les avantages de travailler avec les entreprises de La Glass Vallée :

– Innovation, filière organisée, qualité des prestations, offre globale, time to market,
– RSE, bilan Carbone (étude de différenciation) en cours ?

– Comment notre offre s’adapte à l’évolution des marchés (segmentation des
commandes, marques de niche, personnalisation) : « ensemble » en mouvement,
agilité ?

Lieu : Après mure réflexion, le fait d’aller au-devant de nos clients s’est finalement imposé au moins pour la première édition. C’est donc Paris qui a été choisi pour permettre aux véritables décideurs d’être présents. Le choix s’est porté sur l’Auditorium de Paris, 12 avenue Marceau, en raison de sa situation géographique et des prestations qu’il proposait en adéquation avec notre cible. avec utilisation :

– de l’auditorium (micros pour chaque siège de la salle)

– des salons Haussmanniens en phase avec le public ciblé (exposition d’œuvres verrières et de photos artistiques sur les savoir-faire également destinées à réaliser un portfolio numéroté qui sera remis aux participants.

Détails du programme : https://biennale.la-glass-vallee.com/

Intervenant de La Glass Vallée :

– Astrid Rutkowski – POCHET, Samuel Joachim – VERESCENCE, Xavier Devaux – DEVAUX SAS, Stéphane Franconville – SOMOBRESLE, Stéphane Pariche – NIGERMAT, Arturo Franco – WALTERSPERGER, Ingrid Moulin – NORMOV, Mathieu Saillard – SAVERGLASS, Vincent Piochel – PIOCHEL SN, Willy Le Duey – NUSBAUMER, Pierre Dehé – POCHET, Christophe Dhaene – VERESCENCE, Noé Gailly – ALBEA, Adrian Briffard – SATIMAT, France Desjonquères – MMB

Remise à Hervé Morin, président de la Région Normandie et à Patricia Poupart, conseillère Régionale des Hauts de France du portfolio remis à l’ensemble des participants

            Bilan :

– Plus de 400 contacts clients invités

            – 70 inscrits

            – 120 participants à la Biennale

            – Film d’introduction de la Biennale visionné sur Youtube

              (https://www.youtube.com/watch?v=eoKTqMOGpUk)

– Teaser de la Biennale visionné sur YouTube
  (https://www.youtube.com/watch?v=1wxclB7DjFE)             – Retours positifs unanimes

Le dispositif AMI-RH accompagné par l’Etat et plus précisément par la Direccte de Haute-Normandie comportait 4 volets :

– L’animation du Club RH concernant par définition les thématiques liées à l’actualité ou à la conjoncture RH des entreprises.

– Une possibilité de faire recours à un diagnostic « préformations », notamment pour les entreprises ne disposant pas en leur sein de ressource RH dédiée.

– L’appui à la formation continue.

– La conduite et le suivi du projet.

L’animation du Club RH

Lancé en 2014 à l’issue de la constitution de la nouvelle équipe de gouvernance, le Club RH avait été mis en place dans la perspective de nouvelles mesures importantes pour les entreprises. On peut notamment citer la réforme de la formation professionnelle, la pénibilité ou la QVT.

Ces points, et notamment la pénibilité, ont fait l’objet de réunions en 2015 avec la présence d’experts de l’ARACT et d’un cabinet juridique spécialisé qui sont intervenus à titre gracieux. Une expérimentation QVT territoriale à même été envisagée.

Toutefois il y a eu des modifications du calendrier législatif et des reports de décisions sur ces dispositifs qui ont eu pour conséquence de mettre ces thèmes en attente d’où une quasi-inactivité du Club Rh en 2016.

En 2017, le club RH réorientera son activité avec plusieurs réunions consacrées à la mise en place de formations correspondant aux métiers en tension de La Glass Vallée puis en 2018 sur la fusion des branches.

Le diagnostic préformations

Ce dispositif n’a, au final, été utilisé qu’une seule fois pour une PME (STMF) ne disposant pas de ressource RH intégrée et souhaitant faire évoluer une quinzaine de ses salariés. La mission a essentiellement consisté à réaliser pour chaque salarié un diagnostic de savoirs et d’aptitudes de manière à adapter la formation à chaque personne et constituer des groupes de mêmes niveaux mais aussi à vérifier la motivation de chacun.

Le recours à ce dispositif pour les autres entreprises n’a pas été retenu soit du fait de la présence d’un département RH expérimenté (cas de Nipro Pharmapackaging et de Metra) soit parce que les bénéficiaires de la formation étaient clairement identifiés (EGHM, Nusbaumer).

L’offre avait été soigneusement préparée avec appel d’offres et sélection de 3 cabinets de consultants en accord avec Marie-Pierre Tétu de la Direccte. Ceci aura au moins permis de constituer un fichier de ressources pour des demandes ultérieures éventuelles.

L’appui à la formation continue

Ce volet n’a pas eu immédiatement l’écho escompté puisqu’il a fallu attendre 2016 pour obtenir les premières demandes et ce n’est pas faute des nombreuses relances qui ont été faites auprès des entreprises.

Toutefois cette enveloppe a été totalement consommée et il faut s’en réjouir.

Hasard ou coïncidence, on notera que paradoxalement c’est en 2017 ou l’activité a été exceptionnelle et où les entreprises manquaient de main d’œuvre qu’il y a eu le plus de formations et donc à l’inverse de 2015 et 2016, années plutôt moroses sur le plan de l’activité, tous métiers confondus.

Chaque demande de formation a été examinée avec soin et, le cas échéant, avec l’aval de la Direccte.

Les principaux critères d’éligibilité ont été : la sécurisation des parcours professionnels, la transférabilité et l’accroissement des compétences. Les formations techniques ont été privilégiées à l’inverse des formations de type bureautique générale. Une demande de stage pour une personne responsable RH et visant à actualiser ses connaissances au vu de l’évolution de la réglementation n’a pas été retenue considérant qu’il s’agissait plus d’une information que d’une formation et que des supports multiples existent pour connaître l’actualité RH et être à jour ; cela fait même partie de la fonction. Cette décision a été prise en accord avec la Direccte et l’entreprise concernée. Une autre demande provenant du département de la Somme n’a pas pu non plus être honorée après concertation avec la Direccte.

Quelques chiffres significatifs :

– 5 entreprises impactées par l’action formation continue (ce qui est peu au regard de la période couverte sachant que de nombreuses entreprises ont réalisé des actions de formation sans avoir recours au dispositif pour des raisons que nous ignorons et en ne passant que par les OPCA.

            – 29 formations

            – 114 salariés impactés

            – 1377 heures de formations

            – Nombre d’heures moyen par formation : 47,5 heures

            – Nombre moyen d’heure de formation par salarié : 12 heures

– Coût moyen du financement par la Direccte de l’heure de formation : 39€ soit un coût moyen de l’heure de formation de 78 €

            – Coût du financement moyen de la Direccte par salarié : 469 €

En conclusion

L’action RH a été minimisée du fait d’évolutions réglementaires différées ne permettant pas de délivrer une information pertinente et pérenne.

Les diagnostics préformations n’ont pas été utilisés à hauteur des prévisions, notamment en raison de responsables RH dans les entreprises ayant fait appel au dispositif.

L’appui à la formation continue a été consommé à 100%.

L’enseignement essentiel que l’on peut retirer de ce projet est que la formation continue se fait essentiellement à l’initiative des chefs d’entreprise ou des responsables RH. Par conséquent, il faut préconiser dans ce type d’actions un volet de promotion de la formation continue à destination des salariés. La question des vecteurs de ce type de campagne est à étudier au préalable avec soin.

LGV-UTC Innov+ : de la fabrication innovante du flacon de La Glass Vallée à la valorisation des métiers

Cette action s’est mise place dans le cadre du plan d’actions présenté par le préfet de Haute-Normandie suite à la crise de 2008-2009.  Au programme : diagnostics, résolution de problèmes techniques, adaptation du savoir-faire à de nouveaux débouchés tant sur le plan individuel que collectif avec l’Université de Technologie de Compiègne (UTC). Ce dispositif, prévu pour 3 ans a bénéficié du soutien de l’Etat pour un montant de 500 K€. La crise aura au moins eu le mérite d’être un facteur de mobilisation sur des thèmes qui étaient non seulement une évidence mais aussi une question de survie.

Cette initiative fut rapidement rejointe par Monsieur le Préfet de Picardie. Il’ s’agissait de l’action collective LGV-UTC Innov+ destinée à développer la culture de l’innovation principalement dans les PME. L’innovation s’entend ici au sens large.  En résumé, on considère que toute évolution du fonctionnement de l’entreprise est une forme d’innovation. Il y a donc des innovations individuelles mais aussi des innovations collectives.

C’est ainsi que l’UTC s’est intéressée à l’analyse des flux liés à la fabrication d’un flacon.

Cette étude a abouti à une recommandation consistant à réaliser un flacon en ingénierie concourante afin que :

Après un travail collectif où chacun avait indiqué son schéma d’optimisation et les informations lui étant nécessaires, il fallait passer à la pratique et en l’occurrence réaliser un flacon en ingénierie concourante.

La réalisation expérimentale d’un flacon La Glass Vallée s’est immédiatement imposée car s’agissant d’une expérimentation :

Très rapidement, ce flacon est devenu une opportunité de disposer d’un support de communication et le brief adressé au designer était tout simplement d’avoir un flacon reprenant l’esprit fédérateur du logo de La Glass Vallée.

La suite logique a été de proposer que les différentes étapes de la réalisation de ce flacon soient filmées.

En effet, les entreprises de La Glass Vallée rencontrent une difficulté majeure : elles ne peuvent, sans autorisation très spéciale et fortement encadrée, montrer les produits sur lesquels elles travaillent.

Mais au-delà des savoir-faire notre intention était aussi de valoriser les hommes et les femmes de cette filière unique au monde. Grace aux financements de l’Etat et des Régions Haute-Normandie et Picardie ce projet a pu se réaliser et impliquer un nombre important d’entreprises.

Il s’agissait ensuite de valoriser ces supports auprès de différentes cibles : entreprises, salariés, institutionnels, scolaires, grand public…

Ce fut notamment : l’organisation d’une journée de lancement du flacon et du film le 2 octobre 2014 au cinéma du Casino du Tréport : entreprises, institutionnels, élus locaux, presse avec près de 200 participants. Remise d’un flacon et d’un DVD à chaque participant. 36 entreprises présentes

et 2829 foyers impactés dans la vallée de la Bresle.

Ce travail a été amplifié par la diffusion, après 3 journées de tournage, d’un feuilleton sur La Glass Vallée durant la semaine du 15 au 19 décembre 2014 au cours des journaux télévisés de France3 Haute-Normandie du midi et du soir. Cette diffusion a aussi été effectuée en Picardie en, janvier 2015 touchant ainsi plusieurs centaines de milliers de personnes.

Au total, cette opération a permis de :

Le dispositif Verre-RH Actions était complémentaire du dispositif Verre-RH Ingénierie.

Concrètement, l’ingénierie se résumait à de la sensibilisation des entreprises à la GPEC jusqu’au diagnostic ou au montage d’actions collectives (type conducteur de machine IS) tandis que la partie « actions » était davantage tournée vers de la formation ou des actions concrètes en direction des salariés.

Sur le plan organisationnel, La Glass Vallée a eu recours à l’association ACDE pour réaliser ou déclencher les actions de formation en entreprises. En revanche l’action de valorisation des savoir-faire a été conduite directement par La Glass Vallée.

Les actions de formation

Sur 45 entreprises qui ont à un moment ou à un autre participé à Verre-RH, 19 ont été vues via la démarche d’ingénierie qui a réellement impacté 15 d’entre elles. 6 entreprises sont passées à des actions de formation ou de GPEC avec l’appui d’ACDE ou d’organismes de formation.

Les actions de formation les plus importantes l’ont été dans les entreprises disposant déjà d’une ressource RH.Sur la base des temps de présences relevés soit 1324 heures, l’intervention Verre-RH actions et donc l’aide l’Etat (coût du film et DVD exclus) est revenue en moyenne à 49.42€ de l’heure. Les formations ont été, pour la plupart, des formations techniques de bon niveau qui reflètent, une fois encore, la difficulté à trouver de la main d’œuvre à partir d’un certain niveau de qualification.

Verre-RH : Verre-RH Actions et Verre-RH Ingénierie.